Mon Akibag, mes impressions

Après plusieurs jours d’attente, j’ai enfin reçu mon Akibag ! Je renvoie immédiatement tout ceux qui ne connaissent pas cette marque sur ce lien, ainsi que sur le site officiel.

Alors ça a pris un peu de temps (quelque chose comme deux semaines) mais la société a un peu galéré pour la livraison, pour des raisons indépendantes de leur volonté. Et d’ailleurs, ils ont été très transparents, en publiant tous les détails sur le site. C’est à signaler. De toute façon, mon article était en pré-commande donc je m’attendais à attendre un peu.

De même, j’ai eu une question à poser par mail, la réponse m’est venu dans l’heure. Bref, ça sent le travail fait avec sérieux et respect du client.

Personnellement, j’ai commandé le modèle Nakoudo. C’est le modèle intermédiaire en terme de taille, prévu pour y mettre un Macbook 13 pouces. Le cœur de cible est le possesseur de matériel Apple, et bien que je ne possède pas de Macbook air ou pro, mon petit portable s’insère très bien à l’intérieur.

L’Akibag est livré avec une petite housse assez sympa.

Voici quelques photos pour voir ce que ça donne (cliquez pour agrandir) :

On a la fameuse fermeture magnétique. Des petits aimants sont présents à l’intérieur pour ne pas que le dessus se balade à tout vent. A l’intérieur, sécurité avec une fermeture éclair, on évolue quand même en milieu hostile 🙂

Présence d’un emplacement pour faire passer le fil des écouteurs, le lecteur pouvant rester ainsi tranquillement à l’intérieur de l’Akibag :

Petite vue de l’intérieur : 2 compartiments, un pour l’ordinateur portable, tablette, etc. et l’autre pour y mettre tout son petit bazar: livres, papelards, parapluie … A noter que des magazines au format A4 rentrent sans difficultés sur ce modèle

2 petits emplacements sont prévus pour pouvoir mettre un peu plus de bazar (on est poussé au vice ! :)) Quelques goodies sont offerts, comme par exemple un petit porte-clé, un magnet, deux stickers ou encore un petit badge.

Enfin, une dernière place à l’arrière :

L’ensemble donne l’impression d’une bonne résistance et les tissus sont épais. On sent qu’on peut se faire secouer le brushing un jour de grève aux Halles en toute quiétude.

En conclusion, cet Akibag m’a couté environ 57 €, frais de port compris. Le modèle en lui-même est à 49.90 €. Donc le prix n’est pas rédhibitoire, loin de là, et on a l’avantage de se distinguer un peu de l’armée des porteurs de Eastpacks (qui en passant, doit être un sac au modèle de base légèrement plus cher).

Niveau design, c’est assez original sans être trop voyant. Un bon compagnon de voyage que je recommande.

Publicités

Kindle bueno !

Un petit post pour signaler un excellent test issu du site (non moins excellent) Tapahont, à lire ici

Pour ma part, mon cœur balance toujours entre ce modèle et le Sony Reader PRS-T1, que je cherche désespérément dans toutes les boutiques de la région parisienne. Je ne vais pas tarder à lancer un perdue de vue à ce sujet.

Si quelqu’un a réussi à se le procurer, je veux bien l’adresse. Merci d’avance.

Du Flan

La question du jour :

qui a dit sur son blog (mais effacé depuis) :

« Je propose une faible redevance couplée à la réorientation de la taxe sur les Fournisseurs d’accès internet (FAI), qui permettra de dégager jusqu’à un milliard d’euros annuels pour rémunérer les droits d’auteurs. Ainsi la liberté ne sera pas entravée tandis que les créateurs percevront une juste rémunération pour leurs créations. »

Et qui a fait un virage à 180 degrés d’une manière qu’on n’a plus vu depuis Schumacher ?

Réponse ici ou  encore ici

Merci François !

Etonnant, non ?

D’après une étude américaine, notamment relayée par Korben, l’utilisation des DRM seraient un frein à l’acte d’achat. Les acheteurs hésiteraient davantage à se voir refiler quelque chose qu’ils ne peuvent copier sur leurs différents supports qu’avec des restrictions pesantes. Cela encouragerait le piratage en tentant de trouver une version « normale ».

Et c’est sans compter l’inefficacité des DRM étant donné que c’est contournable.

Ça me parait terriblement évident mais certains distributeurs ne l’ont toujours pas compris.

Numerama en parle également.

 

Kindle in the wind

C’est fait, on a une date pour le lancement du dernier Kindle d’Amazon pour la France : le 14 octobre prochain.

Petit bémol au niveau du prix : 99 € pour le modèle vendu 79 $ aux States. Le prix reste raisonnable malgré tout, surtout que j’imagine qu’Amazon doit adapter sa politique tarifaire en fonction des accords avec les partenaires locaux. Et sur ce point, la situation leur est bien plus favorable sur le marché américain.

Quoiqu’il en soit, des accords ont déjà été passé avec la majorité des gros éditeurs français, ce qui nous promet du contenu (et pas Begbeder, mais on devrait s’en remettre).

A noter également 4000 titres gratuits disponibles. Il s’agit d’œuvres tombés dans le domaine public. Je crois qu’il faut que l’auteur soit mort depuis plus de 70 ans pour être dans ce cas.

Par contre, en ce qui concernent les prix des ebooks, c’est pas la fête. Sur les bouquins récents, c’est cohérent (quoique chers quand même vu les coûts en moins), mais si on prend l’exemple des bouquins de Stephen King (entre autre), on est bien loin du prix d’un poche (facilement 5 ou 6 € en plus). Et ça, c’est quelque chose qui vient très très sérieusement tempérer mon enthousiasme.

Pour le reste, on a du wifi (à voir ce qu’il sera possible de faire avec, en dehors de se connecter au store), les dimensions d’un poche (166 x 114 x 8,7 mm), pas de slot mémoire pouvant améliorer les 2Go présents dont un bon tiers pour le système, et un mois d’autonomie. J’ajoute que ce n’est pas tactile.

Plusieurs formats sont pris en compte, notamment le PDF. Mais là encore, il faudrait voir si la lecture reste confortable avec un format non natif.

Aller faire un tour ici pour les détails du constructeur et la pré-commande

La modernité, des rails et Youpi matin (Fin)

Et on termine la semaine comme on l’a commencée :

Souhaitez-moi bon courage, je vais tenter de regagner mes pénates.

#CestPasGagné

Edit 1h30 plus tard :  j’ai survécu.